Loading

Nouvelles

Pierre et Thom

Au sujet de notre co-écriture

Peu avant de fêter le premier anniversaire de notre rencontre, le 5 septembre 2014, Pierre et moi nous sommes décidés à faire se rapprocher nos univers respectifs, par la création de nouvelles.
Nous avons choisi une méthode de travail qui ressemble à un jeu : l’un de nous « distribue les cartes », propose un contexte, introduit un ou plusieurs personnages selon la forme qu’il souhaite, et prend une direction que le second auteur va découvrir une fois cette distribution terminée. Celui-ci « abat son jeu » après avoir pris connaissance des cartes de son partenaire, en proposant une fin, une chute, suivant la direction envisagée par le premier ou décidant de faire bifurquer l’ensemble, avec l’apparition, s’il le souhaite, de nouveaux personnages. Mais il peut arriver que celui dont le rôle est de terminer la nouvelle ne désire pas le faire immédiatement. Il peut alors sortir son « joker » et « relancer le jeu », en continuant l’histoire sans l’achever…

Le mot de Thomas

Comme un mentor qu’il n’a pas cherché à devenir, Pierre incarne pour moi une forme de bienveillance à laquelle s’ajoute un savoir qu’il prend plaisir à transmettre à qui veut bien tendre l’oreille près du cœur.

Le mot de Pierre

Je m’étais dit : « Il est bien tard ! »
Je m’étais assis au bord de la route, résigné à regarder passer ceux qui marchent ; et l’on aurait pu prendre ce renoncement pour de la sagesse…
Thomas est passé avec sa force, tellement discrète : il m’a aidé en prétendant que je pouvais l’aider ! Il m’a montré la voie en prétendant que je pouvais le guider !
Avant de l’avoir décidé, j’étais à nouveau debout, en route.